Épargne retraite, quelles sont les différentes possibilités ?

Retour au blogue

Vous avez envie d’adhérer à un régime de retraite, mais vous êtes un peu perdu et avez envie de mieux comprendre les différentes options qui sont disponibles.

Il y a d’abord les

  • Régimes à cotisations déterminées où le montant des cotisations exigées est fixé à l’avance. Le montant de votre retraite dépendra des sommes accumulées et des taux en vigueur au moment de l’achat d’une rente. C’est vous qui devrez assumer les risques de fluctuation.
  • Régimes à prestations déterminées pour lesquels vous connaissez à l’avance le montant de votre retraite (il faut cependant préciser qu’ils se font de plus en plus rares). Le montant de votre rente correspondra à un pourcentage de votre salaire multiplié par le nombre d’années de travail.
  • Le RRS (Régime de Retraite Simplifié) où vous décidez des types de placement à faire avec les sommes accumulées (à savoir que selon que vous preniez plus ou moins de risques, vous choisirez d’avoir un portefeuille modéré, ou audacieux en fonction de vos objectifs). Les cotisations sont fixées à l’avance et les risques liés aux variations de rendements sont assumées par vous.
  • Le RVER (Régime Volontaire d’Épargne Retraite) qui est accessible à tout le monde, que ce soient les travailleurs qui n’avaient pas de régime de retraite, ou les travailleurs autonomes. L’adhésion est obligatoire (vous pouvez cependant y renoncer avant les 30 premiers jours), et il suffit de choisir un RVER enregistré auprès de Retraite Québec. Il s’agit d’un régime abordable et peu complexe. Tout comme pour le REER, les cotisations au RVER sont déductibles de votre revenu imposable.
  • Le REER (Régime Enregistré d’Épargne Retraite) consiste à accumuler, à l’abri de l’impôt, un capital en prévision de la retraite. Mais, attention, lorsque que les sommes sont retirées du REER, elles sont imposables.

Il s’agit d’un véhicule d’épargne que les plus jeunes trouvent attrayant, car il peut être utilisé pour acheter une première propriété à même le capital accumulé.

Les types de placements admissibles dans un REER sont nombreux. L’important est d’investir en respectant votre profil d’investisseur (modéré, audacieux).

  • Le compte d’épargne libre d’impôt (CELI)Vous pouvez y verser un maximum de 6 000 $ par année. Les cotisations que vous versez ne sont pas déductibles aux fins de l’impôt. Toutefois, les revenus provenant du placement sont libres d’impôt, et ce, même lorsque les sommes sont retirées du compte.

Toutes vos cotisations (et ce quel que soit le régime choisi) sont déductibles de votre revenu imposable. Les sommes accumulées ne sont pas imposables aussi longtemps que vous n’y toucherez pas. Au besoin, vous pourrez les utiliser pour accéder au RAP (Régime d’Accession à la Propriété) ou au REEP (Régime d’Encouragement à l’Éducation Permanente).

Il existe, bien sûr, d’autres moyens pour épargner en vue de la retraite (assurance-vie, placement immobilier), mais il est également vrai qu’il est parfois difficile de mettre de l’argent de côté pour la retraite, alors que l’on a encore des dettes d’études à rembourser, ou l’achat d’une maison en vue, ou tout simplement les frais relatifs à l’éducation des enfants … Mais, encore une fois, comme pour beaucoup de choses, la clé est de se fixer des objectifs, et ensuite mettre au point une stratégie, un plan (appelez cela comme vous voudrez) pour se motiver.

Ce texte reste général et vise à vous donner les informations de base. Pour plus de détails et d’informations, n’hésitez pas à nous contacter et nous nous ferons un plaisir de vous guider et répondre à toutes vos questions.

© 2021 Chiasson Groupe Conseil Inc. - Tous droits réservés.

Conception web Bravad